Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2016

Masochisme numérique

 

sui.jpg

 Quel futur pour des peuples qui donnent le bâton pour se faire battre ? Sans doute aucun. On se demande bien pourquoi le grand patronat et l'OTAN s'emploient encore à faire venir des migrants économiques, pardon, il faut dire des réfugiés quand les citoyens renoncent si facilement à leurs droits fondamentaux au profit de la dictature.

Qui peut croire qu'ils seront demain capable se révolter ? Il n'est même pas besoin d'aller en Suisse, ce pays après tout faussement neutre et depuis longtemps aux ordres de Washington et soumis à l'Union Européenne pour découvrir une semblable démission.

 Il suffit de regarder sur les réseaux sociaux le succès et la tolérance de la campagne pro-abstention aux présidentielles pour comprendre que le changement, ce n'est pas plus maintenant que pour demain !

Les pourtant prometteurs adeptes d'une démocratie participative sont les premiers à tomber dans le panneau des bras croisés. Certes, infiltrer ce nouveau courant qui inquiétait même un Attali a été facile. Tromper le jeune un peu diplômé de gauche est le B-A BA de tout bon trotskiste. Rien de plus facile que de lui vendre le tous pourris qui a très bien fonctionné chez le prolétaire de droite et il est tout aussi aisé de raviver en lui la crainte du vote radical à gauche ou aujourd'hui à droite déjà conditionné par l'école et les médias dominants.

Tout le travail pédagogique du Net en faveur d'une information libre, pluraliste et alternative se trouve ainsi balayé.

La présomption de culpabilité, étrangère à la pensée européenne, contre celui qui pourtant n'a jamais été au pouvoir fait qu'en 2017 le pouvoir changera de mains mais pas de sens. Ce sens est celui de Washington, d'une Amérique en faillite, se préparant à la guerre pour renflouer les caisses et dont la stratégie en attendant est le chaos chez le rival de toujours, l'Europe.

L'abstention ou le vote blanc érigés en dogme et méthode systématique sont plus qu'une trahison, ce sont des collaborations objectives contre tout changement radical ou toute paralysie d'un système nuisible pour notre survie économique et sociale et nos droits fondamentaux.

La Suisse entend ficher ces citoyens et couler avec l'Europe qu'elle se rassure, c'est en bonne voie.

suiss.jpg

Les Suisses ont baissé leur pantalon à 65% et accepté leur espionnage avec enthousiasme malgré les révélations des dernières années de Snowden, Assange... On ne peut pas sauver un peuple contre son gré.

 

 A lire :

Menace terroriste : les Suisses votent massivement en faveur de la surveillance en ligne

Les Suisses ont répondu «oui» par référendum à une loi autorisant les services secrets à surveiller les communications téléphoniques et activités sur internet pour notamment déjouer de nouvelles menaces terroristes.

Selon les résultats définitifs, deux tiers (65,5%) des électeurs ont accepté cette nouvelle loi sur le renseignement, dimanche 25 septembre, un chiffre dépassant largement les prévisions des sondages réalisés pendant la campagne (53-58%), avec un taux de participation d'environ 43%, dans la lignée des précédentes consultations.

En revanche, ils sont 59,4% à avoir dit «non» à une hausse des retraites dont le gouvernement avait souligné la charge financière très élevée qu'elle représentait. Ils ont aussi rejeté à 63,6% une initiative populaire défendue par les Verts qui demandait une réduction de la consommation des ressources naturelles. Seuls les habitants du canton de Genève l'ont soutenue.

«La Suisse peut être une base arrière pour les terroristes»

Le «oui» à la nouvelle loi sur le renseignement est de nature à satisfaire le gouvernement qui considérait qu'il n'était plus possible de répondre aux nouvelles menaces, en particulier terroristes, car les services secrets n'avaient le droit de collecter des informations que dans le domaine public ou si elles étaient disponibles auprès d'autres autorités.

La Suisse n'est «pas une cible, mais elle peut être une base arrière logistique ou financière pour ces terroristes», a fait valoir sur le plateau de la télévision suisse publique RTS le vice-président du Parti démocrate-chrétien (PDC), Yannick Buttet.

Le Parlement avait voté la loi en 2015, mais une alliance formée du Parti socialiste, des Verts et d'organisations comme le Parti pirate, qui craignent des dérives à l'américaine comme celles dénoncées par Edward Snowden, avait pris l'initiative de ce référendum.

Cet ex-agent de l'Agence de sécurité nationale (NSA) avait en effet dévoilé en 2013 l'ampleur du réseau de surveillance électronique américain mis en place après les attentats du 11 septembre 2001.

Lire la suite sur RT.com

14:46 Publié dans Actualité | Tags : suisse, renseignement, loi, abstention, vote | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/09/2016

Snowden, le devoir de résistance

snowden,dissident,lanceur,alerte,résistance,dictature

Snowden est un film germano-américain réalisé par Oliver Stone évoquant l'aventure en 2013 du lanceur d'alerte Edward Snowden, ancien employé à la CIA et de la NSA contraint à divulguer des informations classifiées concernant les systèmes d'écoute de cette dernière agence qui violent les lois américaines et menacent la population. Ce civisme et ce patriotisme entrainent depuis menaces, persécutions illustrant l'image fausse que se donnent l'Occident et surtout les États-Unis comme exemple de la démocratie et de respects des libertés et surtout du droit. Sortie le 2 novembre en France.

Les arrestations se multiplient dans l'ensemble de l'Occident. Fonctionnaires, journalistes, historiens, écrivains, artistes, il n'y a jamais eu autant d'arrestations, d'amendes, de peines de prison fermes depuis l'Occupation. Aucun pays n'y échappe et les victimes vont du lycéen au nonagénaire. Leur crime ? Dénoncer des fables coûteuses pour le contribuable, des crimes, des délits financiers, documents à l'appui, des violations des lois ou de la constitution.

Il semble malheureusement que sous des prétextes fallacieux jamais définis, à partir de certaines sommes ou au nom de raisons d'ordre religieux ou assimilé (le tabou), il existe une immunité des coupables et même qu'ils bénéficient d'un droit de persécuter les lanceurs d'alerte et les citoyens, les intellectuels, les chercheurs faisant œuvre comme Snowden de patriotisme.

Par civisme et dans l'espoir demain d'une vraie libération, signalez à vos amis les arrestations injustes, les rackets judiciaires, ces chasses à l'homme qui démasquent les fausses démocraties mais les vraies dictatures, ce statut colonial de la majorité des pays soumis et rassemblé sous l'hypocrite qualificatif de communauté internationale, celle qui prétend juger le monde alors qu'elle ne parle qu'au nom d'un seul.

snowden,dissident,lanceur,alerte,résistance,dictature

 

 A lire :

Edward Snowden, lanceur d’alerte ou criminel ? Les législateurs américains veulent son exil à vie

Le comité permanent de la Chambre des représentants sur le renseignement a envoyé une lettre au président sortant des Etats-Unis, lui demandant de faire tout son possible pour qu’Edward Snowden passe toute sa vie en exil.

«Edward Snowden a causé plus de dommages à la sécurité nationale qu'aucun autre individu dans notre histoire», lit-on dans une lettre envoyée à Barack Obama par la comité permanent de la Chambre des représentants sur le renseignement. Ce document rappelle bien sûr la révélation de plus de 1,5 million de documents de la NSA en 2013, dans le cadre d’une fuite qui avait démontré l’existence d’un système américain de surveillance mondiale des communications et d'internet.

Selon les auteurs de la lettre, Edward Snowden n’est «pas un patriote»,  «pas un lanceur d’alerte», mais un «criminel» car «il n’y a aucune preuve qu’il ait fait le moindre effort pour officiellement [dans le cadre de son travail] exprimer ses préoccupations quant aux activités de la NSA».

«Ca n'est pas un héros, c'est un traître qui a sciemment trahi ses collègues et son pays et qui a mis en danger les Américains», concluent-ils dans ce document.

Cette lettre voit le jour après la rédaction, par le Congrès, des conclusions d’une enquête longue de deux ans. Désormais, selon la Constitution américaine, le président des Etats-Unis pourrait théoriquement le gracier mais il y a ici une faille juridique : le droit de grâce ne s'applique en effet qu'aux condamnations rendues par la justice fédérale. Dans le cas d’Edward Snowden, il n’y a pas de sentence à effacer car il n'a pas été condamné aux Etats-Unis. Pour l’heure, il est poursuivi pour espionnage et encourt 30 ans de prison.

Lire la suite sur RT france

10:29 Publié dans Actualité | Tags : snowden, dissident, lanceur, alerte, résistance, dictature, cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

12/09/2016

Hillary Clinton : une menace globale

 

HC.jpg

Avec Hillary, c'est chaque jour Halloween

Ce ne serait qu'un vaudeville, l'histoire d'une vieille femme acariâtre et incapable de renoncer à ses privilèges, au pouvoir malgré les scandales, les dérapages, les manquements graves à la sécurité, les comportements hallucinés en public, ce serait le spectacle affligeant d'une simple Tatie Danielle si elle n'était, hélas, trop vraie pour notre réalité.  

L'actualité du 11 septembre et ce nouveau malaise en public suivi du silence complice des médias pendant presque deux heures, les images et déclarations contradictoires, du coup de chaleur au tout va bien (photo à l'appui avec une enfant) puis la révélation surréaliste d'une pneumonie (bonjour la contagion pour le bambin dans ce cas !) pour indiquer que ces élections ne se déroulent pas normalement et pas en toute transparence.

Le cas Clinton n'est pas unique et on se souvient de l'élection bidonnée de Bush mais cette fois le Système n'hésite devant aucun moyen pour soutenir une va-t-en guerre au bout du rouleau. Il faut dire que la crise américaine s'aggrave chaque jour et qu'on a peur d'un électron libre, certes de l'élite mais trop tendance qui pourrait regarder les comptes et se montrer désuet dans sa perception du capitalisme qu'il appréhende sous un angle bien national voire industriel alors que Wall Street l'entend mondialisé, purement financier donc virtuel.

clinton,élections,santé,trump,présidentiellesL'affolement jamais vu dans les médias américains ne passe pas inaperçu. La plongée de Clinton dans les sondage permanente depuis plusieurs semaines est devenue depuis 24h une chute libre.

Dans de telles conditions, il faut s'attendre à de l'inédit car avec une candidate en phase de démolition incontrôlable qui ferait passer Bouteflika ou Castro pour des danseurs de rock acrobatique tout devient possible, par exemple un changement de candidat démocrate de dernière minute. Ce candidat pourrait être le si accommodant Sanders qui a les appartenances et sensibilités matérielles souhaitables pour la charge. 

Il faudra suivre les évolutions de ce show avec attention car l'avenir d'une grande puissance aussi corrompue et incapable de se réformer n'est pas qu'une menace intérieure mais un danger pour toute la planète.

Cette menace globale là n'a rien de fantôme, du moins pas encore.

 

 A lire :

Hillary Clinton, diagnostiquée d'une pneumonie, annule sa visite en Californie

La candidate démocrate à la présidentielle américaine, Hillary Clinton, 68 ans, est à nouveau le centre d'attention des médias, cette fois en raison de problèmes de santé. Moins de deux mois avant les élections, Clinton souffrirait d'une pneumonie.

Lisa Bardack, médecin personnel d’Hillary Clinton depuis 2001, a publié un communiqué dans le cadre de la campagne de la candidate à la Maison Blanche. Elle y indique que l’ancienne secrétaire d’Etat a été diagnostiquée d'une pneumonie lors d'un examen de santé à cause de sa toux persistante.

Il a été conseillé à Hillary Clinton «de se reposer et changer ses horaires». Elle a été, en outre, mise sous antibiotiques, d’après ce docteur.


La veille, la candidate démocrate a dû quitter la commémoration des attentats du 11 septembre en raison de «déshydratation», si l'on en croit les explications officielles présentées par son porte-parole de campagne. La vidéo de l'évacuation, dans laquelle on peut voir Hillary Clinton trébucher et avoir besoin d’aide pour monter en voiture, a été diffusée sur internet.

Lire l'intégralité sur RT en français

10:55 Publié dans Actualité | Tags : clinton, élections, santé, trump, présidentielles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/09/2016

Détournements de fonds publics, une norme européenne

décombres.jpg

Alors que l'Europe est depuis un moment dans une récession sans aucun espoir de reprise ou de croissance, il apparait clairement que le détournement systématique de fonds publics pour soutenir certains secteurs privés devient la règle.

Le secteur militaro-industriel est le premier bénéficiaire de cette situation malheureusement le citoyen employé par cette branche ne profite même pas de la mânes hors de tout contrôle démocratique.

Le financement, l'armement de conflits contraires aux intérêts européens de la Libye à la Syrie sert avant tout l'industrie américaine en raison des standardisations imposées par l'appartenance à l'OTAN.

Il serait peut être temps de considérer que l'effondrement économique et social visible dans nos pays n'a pas besoin de charges publiques au service d'un secteur privé étranger.

Une alliance d'un autre age plombant nos partenariats économiques avec la Russie ou l'Iran (comme le prouvent les pressions mafieuses d'une ONG américaine) n'a plus aucun sens sauf celui de la trahison de nos intérêts nationaux.

Le manque tragique de moyens dans la catastrophe venant de frapper l'Italie n'est qu'un révélateur de plus.

 

A lire :

Les décombres de la démocratie

L’art de la guerre

 

09:54 Publié dans Actualité | Tags : guerre, détournement, décombres, europe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |